mercredi 12 décembre 2007

Fresh Sound of Da Week # 10

Retrouvez l'article sur Roots Manuva sur UrbanStoryTellers.com.

2 commentaires:

Mac Lew (au désespoir:)) a dit…

Chère Soeur Bourrée,
Il est des moments dans une existence qui sont à privilégier puisqu'ils déterminent une appartenance à un groupe, au premier groupe qui soit, je veux bien entendu parler de la famille. je te sens très proche des tiens et attachée aux valeurs familiales.Ton nom me le confirme. tu es une soeur. Tu m'opposeras sûrement qu'il existe des nonnes qui sont filles uniques, mais en ayant appris à te connaître, à connaître tes goûts et intérêts et en ayant compulsé ton profil FB j'en suis arrivé à la conclusion (arrête moi si je me trompe) que la seule chose qu'il ya de religieuse chez toi, c'est le dessert que tu viens de t'empifrer pour finir en beauté le festin de noël que tu as partagé avec les tiens.
Mais revenons au sujet de ce commentaire. Il est certes des moments qui priment dans une vie, ceux du partages, ceux de la fête, ceux de la famille, qui fixent des liens et te déterminent socialement. Il est compréhensible par la même que tu puisses avoir, en ces moments de fête tant attendus, la tête occupée à autre chose qu'à te faire l'observatrice d'un monde en mouvement dont tu croques des instantannés dans tes pages et qui ravissent (ou débectent) tes lecteurs assidus. Tu es résolument tournée vers les autres et vers le partage et je t'en suis gré. Tu ne te fais pas le relai d'informations dénuées d'intérêt (laure manaudou en tenue d'êve, ou la débauche de luxure à Louksor pour Nicolas et sa nouvelle Pimprenelle), tu ne te gargarises pas d'intellectualisme abject et égocentrique (cf. le site des têtes de la branlette intellectuelle"), tu informes, tu divertis. Le divertissement est nécessaire, puisqu'il nous éloigne de l'idée de mort (ce n'est pas de moi, mais de Pascal), mais plus sérieusement, et dans ton cas c'est important, il rassemble. Il tisse des liens, et ce au même titre que ceux que tu tisses avec ta famille. N'oublie donc pas que la mort entammée de ta chronique engagée peut mêtre en péril ces liens (si ténus) que tu as réussi à tisser avec quelques passionnés qui se langissent de voir apparaître quelque nouvelle entrée dans leur gadget netvibes ou igoogle!
Je sais que ta contribution est totalement bénévole et que le travail de recherche et de rédaction implique investissement et volonté. Je sais que tu as d'autres centres d'intérêt dans la vie (sinon d'ailleurs ce blog n'aurait aucun sens) et que tu n'es pas le geek boutonneux qui passe ses nuits sur WOW pour combler virtuellement le manque de stimulation et de reconnaissance qu'il ne peut faire valoir dans la réalité.
Et oui, je suis de ceux qui doivent travailler entre les fêtes et qui comme moi ressentent un grand vide (je parle professionnellement), du fait de l'inactivité caractérisée de cette période. C'est pourquoi je me permets de prendre la plume pour te demander de reprendre du service, de continuer à nous faire rêver (ou pas) et d'alimenter la réflexion sur notre culture et ses représentants.
A quand une rubrique littéraire dans tes pages! A quand le deuxième volet des bouses musicales actuelles!

Allez pour te macher le travail je veux bien te rendre service et réamorcer la pompe.
Ce n'est pas si "fresh" que ça (encore que), mais tu apprécieras le jeu de mots...

La bombe de MOP nommée cold as ice sortie sur l'album Warriors qui ne contient à mon sens, que des sons guerriers et vindicatifs servis par deux flows de gros calibre (décidément) et une production aussi chirurgicale que les frappes US en Irak.
Un sample qui tient la route issu d'un titre du même nom de Foreigner , une ligne de basse qui n'a rien à envier aux sons les plus dirty du grime, deux MC's survolté, un clip gangsta (chaînes en or, jeunes filles lascives, et armes de poing), voilà les ingrédients d'un missile à longue portée qui va exploser les tympans.
Pour vous faire une idée il y a là les lyrics, et là le clip


enjoy!

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.